All Israel
chronique invitée

Après avoir quitté l'islam et suivi Jésus-Christ, j'ai pris conscience des mensonges anti-israéliens que l'on m'avait enseignés dans ma jeunesse et je les ai rejetés

Il est temps que les chrétiens collaborent avec Israël pour démystifier ces mensonges à l'intention des autres musulmans arabes.

 
Frère Rachid

Je suis né et j'ai grandi en tant que musulman au Maroc à l'époque de la guerre de 1973 et j'ai suivi de près le conflit israélo-palestinien tout au long de ma vie.

Enfant, je ne m'intéressais pas beaucoup à la politique, mais j'entendais beaucoup parler des Juifs qui se battaient contre les Palestiniens dans mon entourage et aux informations diffusées à la radio.

J'ai découvert ce conflit pour la première fois lors du premier soulèvement palestinien, connu sous le nom d'"Intifada", qui a débuté en décembre 1987, alors que j'étais au collège.

Le discours dominant à l'époque décrivait Israël comme "occupant le territoire arabo-musulman-palestinien", les enfants palestiniens "résistant vaillamment" à cette "occupation" en jetant des pierres sur les civils et les soldats israéliens.

Ce récit a fait naître en moi un sentiment de colère à l'égard des Juifs.

Mon éducation religieuse islamique a encore alimenté ce sentiment, car de nombreux manuels scolaires et des passages du Coran que nous lisions et écoutions à la mosquée décrivaient les Juifs comme les pires ennemis du peuple musulman.

Un hadith particulièrement célèbre prophétisait un conflit entre les musulmans et les juifs, décrivant une époque future où même les objets inanimés, comme les pierres et les arbres, crieraient et trahiraient les juifs, disant aux musulmans que les juifs se cachaient derrière eux, à l'exception d'un arbre spécifique qui les protégerait sans révéler leur emplacement.

À l'école, nous étions régulièrement exposés à des images bouleversantes d'enfants palestiniens tués, arrêtés et maltraités par des soldats israéliens.

Cela nous incitait à écrire des essais et à réciter des poèmes en faveur de leur cause, en citant souvent des textes religieux contre les Juifs.

À la mosquée, les sermons condamnaient souvent les Juifs et, pendant nos prières, nous invoquions avec ferveur le châtiment divin sur Israël et les sionistes.

Ces expériences nous ont laissé, à nous les enfants, un profond sentiment de douleur et d'impuissance, même si certains avaient l'assurance troublante qu'un jour viendrait où la confrontation avec les Juifs conduirait à leur défaite.

En août 1990, lorsque le président irakien Saddam Hussein a ordonné à son armée d'envahir le Koweït, Saddam a tenté de détourner l'attention de son agression contre un autre pays musulman en tirant 39 missiles balistiques SCUD sur Israël.

Parmi les Marocains, dont je fais partie, il y avait un grand sentiment d'excitation et de satisfaction à l'idée que Saddam tire des missiles sur des Israéliens.

Je me souviens très bien que les femmes de notre quartier exprimaient leur joie par des hurlements à chaque fois que la nouvelle d'une attaque irakienne contre Israël était diffusée dans notre journal télévisé local.

Les journaux marocains ont même publié des dessins politiques et des caricatures représentant les Israéliens dans un état de peur extrême en raison des actions de Saddam.

La ferveur religieuse s'est emparée de la jeunesse.

Nous avons salué Saddam comme le "sauveur du peuple musulman" parce que nous pensions qu'il mettait Israël à genoux et libérait la Palestine de l'occupation juive.

Bien entendu, lorsque Saddam a ensuite tiré des missiles sur les forces militaires américaines à Riyad, la capitale de l'Arabie saoudite, et sur des bases militaires dans d'autres parties de l'Arabie saoudite, la plupart d'entre nous ont ignoré ces attaques flagrantes contre le foyer sacré de La Mecque et de Médine, car nous étions tellement heureux qu'il s'en prenne aux juifs en Israël.

Au cours de la seconde Intifada, qui a débuté à l'automne 2000, les musulmans du monde entier ont soudain été à nouveau captivés par le conflit israélo-palestinien.

Même si, cette fois, les Palestiniens ne lançaient pas de pierres mais devenaient des kamikazes et utilisaient des armes automatiques et d'autres formes de terrorisme pour tuer et mutiler des Juifs israéliens, les médias arabes ont à nouveau présenté les Israéliens comme les agresseurs, tuant les Palestiniens, présentés comme des victimes innocentes qui tentaient simplement de résister à l'"occupation" et de récupérer leur patrie.

Bien que je me sois converti au christianisme des années auparavant, les échos de mon éducation islamique persistaient, ce qui me faisait encore résonner avec ce récit.

De nombreux jeunes de mon âge espéraient ardemment que si le djihad (guerre sainte) était sanctionné par les dirigeants musulmans, ils se joindraient volontiers à eux et combattraient en "Palestine", dans le but de libérer la terre "de la rivière à la mer".

Al-Jazeera, la chaîne de télévision par satellite basée au Qatar, a diffusé sans relâche des reportages anti-israéliens et a rediffusé plusieurs fois par jour les mêmes informations bouleversantes sur les morts et les blessés palestiniens.

Il est difficile d'exprimer la profondeur de la douleur, de la haine et de la colère qui nous a envahis.

Les conversations dans les cafés et partout ailleurs tournaient autour des atrocités perçues comme étant commises par Israël.

Les musulmans pointaient souvent du doigt les nations occidentales, en particulier l'Amérique, ce qui a donné lieu à des insultes généralisées à l'encontre de l'Amérique et d'Israël.

Aujourd'hui encore, alors que le conflit se poursuit à Gaza, les souvenirs de ces images obsédantes du passé refont surface un nombre incalculable de fois chaque jour.

Toutes ces années plus tard, je me souviens parfaitement de la manière dont j'ai été manipulé religieusement par des religieux musulmans, des journaux et des présentateurs de télévision pour embrasser une cause qui, après réflexion, était fondée sur des mensonges.

Comme des millions de personnes dans le monde musulman, j'ai grandi en étant victime d'une propagande incessante qui endoctrinait les enfants pour qu'ils nourrissent des sentiments vicieux, antisémites et anti-Israël fondés sur une vision complètement déformée de la réalité.

Aujourd'hui, par la grâce de Dieu, j'ai subi une transformation significative.

Ayant quitté l'Islam et ayant trouvé la foi en Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur, ayant étudié attentivement la Bible - de la Genèse à l'Apocalypse - et m'étant tourné vers des sources crédibles pour l'histoire et l'actualité, j'ai aujourd'hui une vision très différente du conflit israélo-palestinien.

J'ai délibérément approfondi mes connaissances sur le conflit, allant même jusqu'à obtenir un master en sciences politiques axé sur la politique du Moyen-Orient.

Grâce à des recherches approfondies et à des explorations universitaires, y compris la rédaction d'articles sur Israël et les pays arabes, je me suis débarrassé des faux récits autrefois profondément enracinés et je n'y souscris plus.

En tant que musulmans, nous n'avons jamais été informés de la présence historique des Juifs sur cette terre depuis des milliers d'années.

Le récit que nous avons reçu a omis des détails cruciaux, comme le fait qu'il n'y a jamais eu de pays arabe distinct appelé "Palestine" dans toute l'histoire de l'humanité.

Le récit a aussi commodément passé sous silence la proposition des Nations unies en 1947 de créer deux États, l'un pour les Juifs et l'autre pour les Palestiniens, proposition que les Arabes ont rejetée, optant plutôt pour la guerre.

Il ne nous a jamais été dit que les Juifs avaient été victimes de terribles persécutions dans de nombreux pays musulmans du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord dans les années qui ont précédé la création d'Israël, ce qui les a poussés à chercher une patrie sûre.

Au lieu de cela, on nous a présenté les Juifs comme des étrangers venus d'Europe qui se sont emparés illégalement de terres qui ne leur appartenaient pas.

Ce que l'on ne nous a pas dit, c'est que les Juifs ont en fait résidé en Terre sainte pendant des milliers d'années avant le XXe siècle.

On ne nous a pas dit qu'à l'époque biblique, Dieu avait donné au peuple juif la terre d'Israël comme une possession éternelle.

On ne nous a pas dit que ce sont les Européens, et plus précisément l'Empire romain, qui ont cruellement chassé le peuple juif d'Israël de la Terre sainte et l'ont dispersé sur toute la planète.

On ne nous a pas dit qu'Adolf Hitler et son régime nazi ont exterminé six millions de Juifs européens lors de l'Holocauste.

On ne nous a pas dit non plus que les Juifs d'Europe se sont joints aux 850 000 Juifs expulsés des pays arabes et musulmans pour rétablir leur ancienne patrie sur la terre biblique d'Israël.

On ne nous a certainement pas dit que le peuple juif n'avait pas "volé" la Terre sainte.

Au contraire, encouragés à retourner en Terre sainte par des documents et proclamations internationaux tels que la déclaration Balfour et la conférence de San Remo, les Juifs ont commencé à y immigrer, à acheter légalement des terres, à construire des maisons, des fermes et des communautés et à essayer de s'y installer pacifiquement.

Ce n'est que bien plus tard que j'ai appris que les indigènes arabes qui poursuivaient la paix avec les Juifs ont été acceptés comme faisant partie de l'État nouvellement formé et sont devenus des citoyens légitimes d'Israël.

Ce n'est que plus tard que j'ai appris qu'environ deux millions d'Arabes sont aujourd'hui citoyens d'Israël, soit environ 20 % de la population totale, et qu'ils jouissent de tous les droits légaux des Israéliens juifs.

Malheureusement, les Arabes qui ont choisi de rejoindre les forces ennemies contre Israël n'ont pas été autorisés à revenir pour devenir résidents ou citoyens d'Israël, car la guerre a des conséquences.

L'image généralement présentée des Juifs comme des envahisseurs qui sont arrivés et ont ensuite usurpé la maison des Arabes musulmans est fondamentalement inexacte.

En réalité, les racines d'Israël sont profondément ancrées dans cette terre.

Les Juifs ont été persécutés dans le monde entier, y compris dans les nations musulmanes et arabes.

Lorsqu'une occasion s'est présentée dans l'histoire, ils ont cherché à créer un État pour échapper à l'oppression et à l'insécurité historiques.

Leurs aspirations ont été parallèles à la formation des États voisins au cours de la même période :

La Syrie est devenue un État en 1946, la Jordanie est devenue un émirat en 1921 et a obtenu son indépendance en 1946, et le Liban a été créé en 1926 et a obtenu son indépendance en 1943.

En 1948, Israël a été formé de la même manière que les pays voisins.

Cependant, le rejet d'Israël par les Arabes et les Musulmans était dû à un endoctrinement religieux et ethnique, persistant dans leur croyance erronée que la terre n'appartenait par nature qu'aux Musulmans, quels que soient ses habitants anciens et modernes.

D'une manière ou d'une autre, l'idée a prévalu que seuls les musulmans ont le droit de gouverner et de posséder cette terre.

Malheureusement, ce discours erroné a fait son chemin jusqu'en Occident.

Les jeunes sur TikTok et d'autres plateformes de médias sociaux répètent les mêmes mensonges que ceux que j'ai appris quand j'étais enfant.

Même les étudiants d'universités et de collèges américains réputés adoptent le même discours erroné.

L'argent du Qatar et la puissance de ses médias répandent cette désinformation partout.

Il est temps pour Israël d'investir de manière beaucoup plus agressive dans les médias pour combattre ces mensonges, en reconnaissant que la bataille s'étend au-delà du conflit physique dans le domaine des idées, afin de contrer efficacement l'antisémitisme mondial et la colère sans fondement générés par ces faux récits.

Frère Rachid est un Marocain converti de l'islam au christianisme. Il travaille comme présentateur de télévision pour des émissions religieuses en arabe. Il est titulaire d'une licence en religions comparées et d'une maîtrise en sciences politiques. Il est l'auteur de "The Ideology Behind Islamic Terrorism" (L'idéologie derrière le terrorisme islamique)

Latest Stories