All Israel

MISE À JOUR DE LA CRISE : les 1 000 chrétiens de Gaza ont besoin de prières urgentes, d'aide et d'un refuge sûr, sous peine d'être victimes du génocide perpétré par le Hamas.

Les autorités israéliennes ont la responsabilité particulière de veiller à ce que ces chrétiens soient en sécurité et pris en charge.

Des chrétiens palestiniens réagissent lors d'une manifestation devant l'église Saint Porphyrius dans la ville de Gaza, contre ce qu'ils disent être une conversion forcée à l'islam, le 22 juillet 2012. (Photo : REUTERS/Ahmed Zakot)

Je tiens à vous informer de toute urgence de la grave crise à laquelle sont confrontés les chrétiens palestiniens dans la bande de Gaza.

Vendredi, vous vous souviendrez peut-être que j'ai écrit cette chronique, "TRÈS URGENT : Dirigeants israéliens, veuillez évacuer immédiatement les chrétiens palestiniens de la bande de Gaza vers la Cisjordanie - ces chrétiens risquent un génocide par le Hamas s'ils sont forcés de se déplacer vers le sud".

Depuis, j'ai également donné plusieurs interviews pour expliquer la situation, dont celle-ci pour ALL ISRAEL NEWS et cette interview avec Billy Hallowell et le Christian Broadcasting Network.

Parallèlement, je me suis efforcé d'alerter les responsables israéliens sur la crise à laquelle sont confrontés les chrétiens de Gaza.

Quarante-huit heures plus tard, je peux vous annoncer que ces préoccupations concernant la sûreté, la sécurité et l'avenir de ces chrétiens palestiniens font désormais l'objet de discussions au plus haut niveau du gouvernement israélien.

Les dirigeants civils et militaires israéliens - y compris ceux du cabinet de guerre et du cabinet de sécurité - ont été informés et mènent des discussions internes sur la crise à laquelle sont confrontés les chrétiens retranchés dans les trois églises de la ville de Gaza.

Je ne peux pas dire à l'heure actuelle qu'une décision a été prise quant à la manière de procéder.

Mais la question est clairement sur leur écran radar.

C'est une bonne chose.

Dans le même temps, je peux signaler que mon article a fait l'objet de vives critiques de la part de certains chrétiens de la région et des États-Unis qui se soucient profondément des chrétiens de Gaza et qui ont des contacts avec les chrétiens de la ville de Gaza.

Certains ont affirmé que mon article était inexact et alarmiste.

D'autres affirment que les chrétiens palestiniens ne craignent pas d'aller dans le Sud ou de vivre parmi leurs voisins musulmans dans le Sud.

D'autres affirment que ces chrétiens ont très peur d'être violés et tués par le Hamas - et par d'autres djihadistes islamistes violents opérant dans le sud - mais qu'ils ne veulent pas être déplacés en Cisjordanie.

Certains affirment que les chrétiens veulent plutôt être autorisés à quitter complètement la bande de Gaza et à se réfugier en Égypte.

D'autres affirment que les chrétiens veulent partir pour les États-Unis, le Canada ou l'Europe.

D'autres encore disent que les chrétiens veulent rester à Gaza, quoi qu'il arrive.

En outre, certains craignent que toute aide apportée à ces chrétiens par l'armée israélienne ne fasse passer les chrétiens palestiniens pour des traîtres et ne les mette encore plus en danger.

Il n'est pas surprenant que les quelques 1 000 chrétiens de ces trois églises ne s'entendent pas sur ce qu'il faut prier et sur ce qui serait le mieux pour eux en ce moment.

Il n'est pas non plus surprenant que les personnes qui s'occupent de ces chrétiens palestiniens aient des points de vue différents sur ce qui serait le mieux pour les protéger et préserver leur avenir.

Cela dit, je maintiens à 100 % mes informations.

Je ne peux pas révéler mes sources, de peur de les mettre encore plus en danger.

Mais je leur fais confiance.

Je sais qu'elles me disent la vérité.

Et je n'ai pas honte de dire publiquement ce qu'elles ne peuvent pas dire.

C'est ce que la Bible m'ordonne de faire.

"Parlez au nom des sans-voix et des droits de tous ceux qui sont vulnérables. Parlez pour juger avec droiture et pour défendre le pauvre et le malheureux." (Proverbes 31:8-10)

Il y a quelques minutes encore, mes sources me disaient que les chrétiens palestiniens de Gaza restaient terrifiés.

Ils craignent de quitter les trois églises où ils se trouvent, de peur d'être accidentellement abattus ou bombardés par les FDI, ou d'être délibérément abattus par les tireurs d'élite du Hamas qui ont ouvert le feu sur de nombreux Palestiniens tentant de fuir vers le sud, hors de la ville de Gaza.

Nombre de ces chrétiens craignent également que, même s'ils parvenaient à se rendre en toute sécurité dans le sud de la bande de Gaza, leurs femmes et leurs filles soient violées précisément parce qu'elles sont chrétiennes. Et qu'ils risquent tous un génocide, tout comme les chrétiens de Syrie et d'Irak ont subi un génocide aux mains des djihadistes d'ISIS.

Certes, les chrétiens de Gaza sont largement favorables à un cessez-le-feu.

Mais un cessez-le-feu n'est pas pour demain.

Et peut-être même pas du tout.

Les dirigeants israéliens affirment qu'ils sont déterminés à détruire complètement le Hamas et à libérer Gaza du règne de terreur du Hamas.

Israël a accepté de créer des "pauses" de temps à autre.

Les forces de défense israéliennes ont cessé brièvement de combattre le Hamas - pendant quelques heures - ou ont cessé brièvement de combattre le Hamas dans certaines zones de Gaza, afin de faciliter l'arrivée de nourriture, d'eau potable, de fournitures médicales et même d'une quantité limitée de carburant pour maintenir le système d'égouts en état de marche.

C'est une bonne chose.

Toutefois, le gouvernement israélien déclare qu'il n'acceptera pas de cessez-le-feu tant que le Hamas et ses alliés continueront à détenir près de 240 otages.

Dans un environnement aussi dangereux, tendu et fluide, il n'est donc pas surprenant que les chrétiens palestiniens puissent même changer d'avis sur la meilleure façon d'avancer, étant donné la quasi-certitude qu'il n'y aura pas de cessez-le-feu dans un avenir prévisible.

Peu de chrétiens palestiniens, voire aucun, veulent être perçus comme acceptant - et encore moins comme cherchant - l'aide d'Israël.

Je le comprends et je compatis à leurs craintes.

Mais le fait est là : Ces chrétiens sont actuellement en danger.

S'ils ne peuvent pas rester dans la ville de Gaza, quelle est la meilleure solution pour eux ?

Si l'Égypte ne les accepte pas, quelle est la meilleure solution pour eux ?

Si les États-Unis, le Canada et les pays européens ne les acceptent pas - du moins pas maintenant -, quelle est la meilleure chose à faire pour eux ?

Certains critiques m'ont malicieusement attaqué en me qualifiant de "raciste" et d'"islamophobe" pour avoir exhorté les FDI à sauver ces chrétiens et à leur fournir un passage sûr vers la Cisjordanie.

Mais c'est aussi absurde que calomnieux.

Je me soucie profondément de la vie et de l'âme de chaque Palestinien de Gaza.

C'est pourquoi j'ai soutenu fermement et publiquement la politique d'Israël consistant à encourager - et à faciliter - le déplacement des musulmans palestiniens vers le sud de la bande de Gaza pour leur propre protection.

C'est pourquoi j'ai fermement soutenu les efforts déployés par la communauté internationale pour acheminer davantage de nourriture, d'eau potable et de soins médicaux dans le sud de Gaza, et j'applaudis vivement Israël pour avoir rendu possible l'arrivée de cette aide dont le besoin se fait sentir d'urgence.

Pour être clair, je ne suis pas inquiet de l'interaction entre les chrétiens et les musulmans, en général.

Mais je suis horrifié par la perspective de voir des agents génocidaires du Hamas massacrer des chrétiens impitoyablement, tout comme ils ont massacré des juifs impitoyablement.

Vous devriez l'être aussi.

Certains de mes détracteurs peuvent être moralement désorientés par la menace que le Hamas fait peser sur les chrétiens palestiniens.

Ce n'est pas mon cas.

Je reste déterminé à mobiliser davantage la prière mondiale pour mes frères et sœurs en Christ à Gaza.

Je reste également déterminé à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que le gouvernement et l'armée israéliens se concentrent sur la meilleure façon de protéger les chrétiens de Gaza et de s'assurer qu'ils ne sont pas affamés ou massacrés par le Hamas ou tout autre groupe terroriste islamiste radical.

Prenons un moment pour nous rappeler ce que nous savons avec certitude :

  • Israël a retiré tous ses soldats et civils de la bande de Gaza en 2005 - il n'y a plus d'"occupation" depuis près de 20 ans.

  • Depuis 2005, les habitants de Gaza auraient pu créer un paradis palestinien le long de la mer Méditerranée. Au lieu de cela, ils ont élu le Hamas pour les gouverner, ce qui leur a valu un désastre absolu.

  • Depuis que l'organisation terroriste Hamas a été élue au pouvoir et a pris le contrôle total de la bande de Gaza vers 2007, le nombre de chrétiens vivant dans cette région a chuté de façon spectaculaire. Selon certaines estimations, leur nombre est passé d'environ 7 000 à l'époque à seulement 1 000 aujourd'hui. Selon d'autres estimations, le nombre de chrétiens serait passé d'environ 3 000 à l'époque à 1 000 aujourd'hui.

  • Les chrétiens palestiniens ont fui Gaza au cours des 15 dernières années pour diverses raisons : peur des persécutions du Hamas, peur du terrorisme du Hamas, peur des frappes aériennes israéliennes en représailles au terrorisme du Hamas, manque de bons emplois à cause du régime du Hamas, et manque d'opportunités économiques et d'éducation de qualité pour leurs enfants en raison des conditions abominables créées par le Hamas et ses alliés de la terreur.

  • L'exode des chrétiens de Gaza a commencé en avril 2007, lorsque des terroristes du Hamas ont été soupçonnés d'avoir fait exploser la librairie de la Société biblique palestinienne dans la ville de Gaza.

  • L'exode des chrétiens de Gaza s'est accéléré en octobre 2007, lorsque des terroristes du Hamas ont été soupçonnés d'avoir assassiné Rami Ayyad, le gérant chrétien évangélique de la librairie biblique.

  • Chaque civil innocent de Gaza - sa vie, son âme - est précieux, qu'il soit chrétien ou musulman.

  • Aucun Palestinien n'est en sécurité à Gaza tant que le Hamas est au pouvoir.

  • La bande de Gaza doit être libérée du Hamas, du Jihad islamique palestinien et de tous les extrémistes islamistes.

  • Après le massacre, le 7 octobre, de plus de 1 200 civils israéliens innocents vivant en paix à côté de Gaza, Israël ne peut plus permettre l'existence d'un État semblable à ISIS à Gaza.

  • Israël a à la fois le droit et la responsabilité de protéger ses citoyens.

  • Israël a également la responsabilité de faire tout ce qui est en son pouvoir pour minimiser les pertes civiles à Gaza et pour s'assurer que l'aide humanitaire puisse parvenir à la population.

  • Les chrétiens du monde entier doivent prier de toute urgence et sans relâche pour que Gaza soit libérée du contrôle des terroristes.

  • Les chrétiens du monde entier doivent également prier de toute urgence et sans relâche pour la protection de nos frères et sœurs en Christ à Gaza.

  • En outre, les chrétiens du monde entier doivent également prier de toute urgence et sans relâche pour que le Seigneur Dieu tout-puissant fasse preuve de miséricorde et de grâce et sauve la vie et l'âme de chaque Palestinien et de chaque Israélien au cours de cette horrible guerre.

Je tiens à remercier tous ceux qui prient et agissent au nom du Christ.

Et je tiens à vous assurer que nous continuerons à fournir des mises à jour sur ce qui se passe pour résoudre cette crise avec les chrétiens ici même sur ALL ISRAEL NEWS et ALL ARAB NEWS.

Joel C. Rosenberg est le rédacteur en chef de ALL ISRAEL NEWS et ALL ARAB NEWS et le président-directeur général de Near East Media. Auteur de best-sellers publiés par le New York Times, analyste du Moyen-Orient et leader évangélique, il vit à Jérusalem avec sa femme et ses fils.

Latest Stories