All Israel

Six soldats de l'armée israélienne blessés par des attaques du Hezbollah, la situation devra changer radicalement, déclare le chef de l'armée israélienne.

Un homme politique du Hezbollah parle d'une "nouvelle escalade" après les frappes aériennes massives israéliennes

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, rend visite aux troupes à la frontière libanaise (Photo : IDF)

Ces derniers jours, les Israéliens craignent que la frontière nord n'éclate en une véritable guerre avec le Hezbollah. En effet, la semaine dernière, le groupe terroriste a tué un agriculteur israélien et, les jours suivants, neuf soldats des FDI ont été blessés au total.

La situation à la frontière nord d'Israël devra changer radicalement, a averti le chef d'état-major des FDI, Herzi Halevi, après que six soldats israéliens ont été blessés lors d'une attaque du Hezbollah dimanche.

Deux soldats ont été modérément blessés et quatre autres légèrement blessés par des éclats d'obus et l'inhalation de fumée lors d'une attaque du Hezbollah utilisant plusieurs drones sur un poste de Tsahal en Galilée occidentale.

Les FDI ont déclaré que deux des drones lancés depuis le territoire libanais ont été abattus par le système de défense aérienne Iron Dome.

Cet incident, ainsi que la mort d'un agriculteur civil et les blessures infligées à trois soldats israéliens lors d'une attaque du Hezbollah, représentent une grave escalade du conflit.

Dimanche, Israël a répondu par des vagues de frappes aériennes massives contre des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban.

Les frappes aériennes israéliennes de dimanche ont été décrites comme "l'escalade la plus violente que la région ait connue en deux mois" par le journal arabe Asharq al-Awsat.

Selon les médias arabes, les frappes ont visé au moins 10 villages du Sud-Liban, dont Aitaroun, Yaroun, Kounine et Rmeich.

"Le rythme des bombardements dans le secteur central a été le plus intense, et Israël s'est appuyé principalement sur des frappes aériennes, ce qui rappelle les scènes et les développements de la guerre de 2006", a déclaré une source locale à Asharq al-Awsat.

Le communiqué israélien indique que l'armée de l'air a mené une "vaste vague d'attaques", une formulation inhabituelle qui n'a pas été utilisée depuis que le Hezbollah a rejoint le conflit le lendemain du jour où le Hamas l'a déclenché, le 7 octobre.

Outre la destruction de cibles militaires, notamment de sites de lancement de roquettes et de postes de commandement, l'armée israélienne a déclaré avoir déjoué au moins deux escadrons de missiles antichars qui tentaient de tirer sur Israël.

Le chef de l'armée israélienne, M. Halevi, s'est rendu dimanche à la frontière nord et a procédé à une évaluation de la situation avec les commandants des brigades et des bataillons du secteur.

En réponse aux récents avertissements des dirigeants des communautés frontalières qui ont été évacuées en raison de la situation sécuritaire, Halevi a déclaré qu'un sentiment de sécurité devait être rétabli avant que les résidents puissent revenir.

"Il y a un moyen militaire de le faire... pour nuire et dissuader, pour tuer les agents du Hezbollah, pour montrer notre supériorité, et cela peut aussi prendre la forme d'une attaque et d'une guerre, et il se peut qu'avec le temps il y ait aussi d'autres... solutions parce que nous nous concentrons... sur d'autres choses".

"L'État d'Israël n'a jamais dit que la guerre était la première solution à essayer, mais nous comprenons que cela devrait aboutir à une situation très, très différente", a ajouté M. Halevi.

Le Staff de All Israel News est une équipe de journalistes en Israël.

Latest Stories