All Israel

La mort d'un responsable chrétien libanais est confirmée, l'armée libanaise dénonce une "tentative de détournement de voiture".

Le parti des Forces libanaises qualifie l'assassinat de "prémédité", le Hezbollah nie toute implication

Pascal Suleiman, a Lebanese Forces official (Photo: Lebanese Forces)

Le politicien chrétien libanais Pascal Suleiman, du parti des Forces libanaises, a été tué lundi soir, a annoncé l'armée libanaise.

Suleiman a été déclaré kidnappé dimanche soir et des recherches ont été lancées pour tenter de le localiser. Cependant, lundi soir, l'armée a annoncé qu'il avait été tué par ses ravisseurs.

Les autorités libanaises ont annoncé l'arrestation de sept suspects syriens impliqués dans l'incident, que l'armée a qualifié de tentative de détournement de voiture. L'armée libanaise a annoncé que le corps de Suleiman avait été retrouvé après avoir été emmené en Syrie. Le corps a été remis par les autorités syriennes mardi après-midi.

L'armée libanaise a indiqué que le corps de Suleiman sera transféré à l'hôpital militaire central pour y être examiné afin d'achever l'enquête. Il sera ensuite remis à sa famille.

L'armée a également affirmé que Suleiman a été tué alors que les suspects "essayaient de voler sa voiture".

Le parti des Forces libanaises (FL) a rejeté cette version, envoyant une déclaration à Reuters disant que Suleiman avait été attaqué à cause des opinions politiques du parti. Ils ont insisté sur le fait que sa mort devait être considérée comme un "meurtre politique jusqu'à preuve du contraire".

"La version officielle selon laquelle il s'agit d'une attaque de voiture reste incohérente, et nous considérons que le meurtre de Pascal Suleiman est un assassinat politique en raison de son rôle politique. Jusqu'à preuve du contraire, nous avons tendance à considérer qu'il s'agit d'une attaque directe contre les FL", a déclaré le parti.

Les tensions entre le Hezbollah et les groupes chrétiens se sont accrues au cours des dernières années, le Hezbollah tentant de plus en plus d'influencer la politique du pays et s'engageant de plus en plus dans des escarmouches avec les Forces de défense israéliennes (FDI).

Ces tensions se sont récemment aggravées lorsque le Hezbollah a tenté de lancer des roquettes sur Israël à partir d'un village chrétien du Sud-Liban.

Toutefois, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a nié toute implication du Hezbollah dans un discours prononcé lundi soir, qualifiant l'incident d'"affaire de famille".

"Nous sommes restés silencieux à l'époque, et il s'est avéré que c'était une affaire de famille, une affaire municipale, dans laquelle nous n'avions rien à voir", a déclaré M. Nasrallah.

Toutefois, les FL ont déclaré que le Hezbollah était au moins indirectement responsable en raison de sa présence illégale dans le pays, entre autres facteurs.

"Le premier facteur est représenté par la présence du Hezbollah dans sa forme actuelle sous l'excuse de la résistance ou d'autres alibis. Cette présence illégitime du Hezbollah a conduit à la paralysie du rôle de l'Etat et de l'efficacité de ce rôle, ce qui a permis la présence de bandes armées et du chaos armé", ont déclaré les FL dans leur communiqué.

Retrouvez cet article ici

All Israel
Recevez les dernières infos et mises à jour
    Latest Stories