All Israel
Opinion Blog / Guest Columnist
ALL ISRAEL NEWS is committed to fair and balanced coverage and analysis, and honored to publish a wide-range of opinions. That said, views expressed by guest columnists may not necessarily reflect the views of our staff.
opinion

La mer Rouge biblique a besoin d'un miracle moderne

Le cargo Galaxy Leader est escorté par des bateaux houthis en mer Rouge sur cette photo publiée le 20 novembre 2023. (Photo : Houthi Military Media/Handout via REUTERS)

La République islamique d'Iran a réussi à faire régner l'anarchie par l'intermédiaire d'un nouveau mandataire, les Houthis. Basée au Yémen, cette organisation s'est jointe aux favoris du régime, le Hamas et le Hezbollah, pour provoquer des retards dans le transport maritime mondial sur la mer Rouge depuis novembre. Les Houthis ont transformé la traversée miraculeuse de la mer Rouge par les anciens Israélites en un cauchemar moderne qui affecte déjà 44 pays, dont les États-Unis et Israël.

Les outils de terreur des Houthis comprennent des drones, des petits bateaux, des missiles, des détournements et maintenant des missiles balistiques anti-navires. Leurs attaques génèrent des problèmes à plusieurs niveaux pour les énormes cargos commerciaux et provoquent un ralentissement des marchés mondiaux. Le 1er décembre 2023, le Conseil de sécurité des Nations unies a adressé aux Houthis une déclaration faible et sans conséquence de 120 mots. Une coalition de 14 dirigeants mondiaux a publié une déclaration commune le 3 janvier, publiée par la Maison Blanche. Cette déclaration présente des statistiques cruciales : "Près de 15 % du commerce maritime mondial transite par la mer Rouge, dont 8 % du commerce mondial des céréales, 12 % du commerce maritime du pétrole et 8 % du commerce mondial du gaz naturel liquéfié."

La déclaration prévient que les "acteurs malveillants" seront tenus responsables des "saisies et attaques illégales". Cependant, ni l'ONU ni le communiqué de presse de la Maison Blanche n'ont mentionné l'Iran, le soutien des Houthis, le gouvernement à l'origine de toutes les invasions, meurtres, livraisons d'armes, attaques et oppressions de ses propres citoyens au Moyen-Orient et au-delà. Le seul moyen d'arrêter les Houthis soutenus par leurs marchands de mort iraniens est de déployer des navires de guerre et des porte-avions multinationaux pour utiliser la force militaire contre les Houthis au Yémen.

Les Houthis musulmans vivent dans un pays du Moyen-Orient stratégiquement situé sur le Bab-el-Mandeb, le détroit à l'entrée sud de la mer Rouge qui relie le golfe d'Aden et la mer d'Arabie. À l'extrémité nord, le canal de Suez, en Égypte, relie la mer Rouge à la mer Méditerranée, ce qui en fait l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde. Il est intéressant de noter qu'en arabe, Bab-el-Mandeb signifie "Porte des lamentations, du chagrin ou des larmes". L'Iran et ses mandataires houthis sont en train de revigorer la définition arabe, en donnant du chagrin au monde dans le cadre d'une catastrophe mondiale potentielle affectant les denrées alimentaires, le pétrole brut, le gaz naturel et les produits de consommation.

L'alternative au transport maritime par Bab-el-Mandeb consiste à rediriger les navires vers la pointe sud de l'Afrique, ce qui augmente considérablement les délais et les coûts de transport. Par exemple, pour le pétrole expédié d'Arabie saoudite vers les États-Unis, la navigation autour de la pointe sud de l'Afrique ajoute 2 700 miles et 8 à 10 jours au voyage.

Depuis des années, les ayatollahs islamiques manifestent leur agressivité dans le détroit d'Ormuz, situé à côté de l'Iran lui-même. Environ 30 % du pétrole brut transite par ce qui est considéré comme le plus important point d'étranglement du monde. L'Administration américaine d'information sur l'énergie (EIA) décrit les points d'étranglement pétroliers mondiaux comme "des canaux étroits le long de routes maritimes mondiales largement utilisées".

Si l'on considère les points stratégiques que sont Bab-el-Mandeb (la porte de la douleur) et le détroit d'Ormuz, il est facile de voir la portée géographique de la terreur du régime islamique et la manière dont il peut facilement remodeler l'économie mondiale. Le détroit est le moyen le plus rapide d'acheminer le pétrole du Moyen-Orient vers d'autres pays. Bien qu'il s'agisse d'une conversation pour une autre fois, si les États-Unis retrouvaient l'indépendance énergétique dont ils jouissaient sous l'ancien président Trump, aucun de ces points d'étranglement ne nous concernerait.

Il n'est donc pas surprenant que l'Iran, le plus grand État soutenant le terrorisme dans le monde, viole la Convention internationale sur le droit de la mer (CDM) mandatée en 1982 et ratifiée par plus de 150 pays. La Convention sur le droit de la mer sert de "constitution pour les océans".

Voici un exemple de la gravité des perturbations du trafic maritime. Craignant une agression violente, A.P. Møller-Mærsk, l'un des plus grands chargeurs mondiaux, a décidé d'empêcher ses navires de transiter par la mer Rouge et le canal de Suez. Cette seule décision a détourné 200 milliards de dollars d'échanges commerciaux.

En parlant de milliards de dollars, la Chambre des représentants des États-Unis a agi contre l'Iran en adoptant en décembre une loi visant à geler 6 milliards de dollars de revenus pétroliers provenant des sanctions imposées à l'Iran. Le président Biden avait ordonné qu'un compte sud-coréen transfère les 6 milliards de dollars sanctionnés au Qatar (pays d'origine de plusieurs hauts dirigeants du Hamas). Cette somme était destinée à des "fins humanitaires" en échange de cinq Américains.

Le secrétaire d'État Antony Blinken a ensuite souligné devant le Congrès que l'argent ne pouvait être utilisé que pour le "commerce humanitaire". Notre histoire avec l'Iran depuis 1979 a démontré de manière éclatante que les ayatollahs iraniens n'agissent que selon les normes oppressives de l'islam chiite tout en prétendant coopérer. Depuis que le régime islamique a renversé le Shah d'Iran il y a près de 45 ans, puis pris d'assaut l'ambassade des États-Unis et kidnappé 66 citoyens américains, leur régime est devenu le plus grand pays parrainant la terreur dans le monde.

La loi "No Funds for Iranian Terrorism Act" a été adoptée à la Chambre des représentants par 307 voix contre 119. Quatre-vingt-dix démocrates ont voté avec les républicains. Thomas Massie, un républicain du Kentucky, a voté NON. Dans mes recherches, je considère cette déclaration comme un double langage dans un article de POLITICO de décembre, surtout si l'on considère l'invasion d'Israël du 7 octobre : "Même s'il n'y a aucune preuve que l'Iran ait été impliqué dans l'attaque, le pays est un soutien connu du groupe terroriste Hamas. De quelles preuves Politico a-t-il besoin ? Les preuves sont éparpillées dans le sud d'Israël et maintenant parmi les otages emprisonnés dans les méchants tunnels de la bande souterraine de Gaza. Fait : sans l'idéologie, le financement et les actions de l'Iran, une grande partie de la terreur dans le monde n'existerait pas. Les preuves sont claires.

En ce qui concerne les produits de première nécessité tels que la nourriture et l'eau, la hausse des prix due à la perturbation des transports maritimes affecte les familles du monde entier. Les prix de l'essence augmenteront également et les chaînes d'approvisionnement s'effondreront. Depuis novembre, les Houthis ont utilisé des missiles, des drones et des bateaux rapides à 20 reprises en mer Rouge. Cependant, en matière de sécurité, l'administration américaine actuelle doit ouvrir les yeux sur le caractère dangereux des dirigeants iraniens, pour qui la diplomatie est considérée comme une faiblesse et laisse place à la manipulation. L'Iran est l'ennemi des États-Unis, d'Israël et de sa propre population. L'ouverture de notre frontière sud est une invitation pour les saboteurs iraniens à entrer aux États-Unis, à disparaître et à planifier leur prochain acte de terreur, cette fois sur le sol américain.

L'administration Biden tergiverse et dit actuellement NON à plusieurs options militaires proposées par le Pentagone pour arrêter complètement la prise de contrôle de la mer Rouge par l'Iran et les Houthis. Des navires de guerre sont présents dans la région, mais ils ne sont pas proactifs contre le Yémen terroriste et à l'intérieur de celui-ci. Tant que M. Biden hésitera, l'économie mondiale s'affaiblira, l'Iran continuera à approvisionner les Houthis au point d'étranglement de Bab-el-Mandeb, et l'Iran capitalisera sur son point d'étranglement du détroit d'Ormuz.

M. Biden fait également pression sur Israël pour qu'il mette fin à sa guerre défensive à Gaza et s'abstienne de se défendre contre la guerre du Hezbollah dans le nord d'Israël. Cependant, 136 otages (dont des Américains) sont toujours portés disparus et n'ont pas reçu la visite de la Croix-Rouge internationale depuis le 7 octobre. Laissez-vous convaincre un instant et vous comprendrez pourquoi Israël ne peut pas et ne veut pas céder. La guerre des Alliés contre Hitler et les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale en est un bon exemple. Le mal nazi exigeait une réponse, la réponse d'une guerre juste. Israël mène une guerre juste.

Cet article a été initialement publié ici et est réédité avec l'autorisation de l'auteur.

Arlene Bridges Samuels a été une pionnière de la sensibilisation chrétienne pour l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Après neuf ans, elle a pris sa retraite et a ensuite travaillé à temps partiel pour l'ambassade chrétienne internationale à Jérusalem (États-Unis). Arlene est aujourd'hui l'auteur de The Blogs-Times of Israel et rédige une chronique hebdomadaire à CBN ISRAEL. Elle s'est souvent rendue en Israël, et a notamment été invitée trois fois par le bureau de presse du gouvernement israélien à leur sommet annuel des médias chrétiens. Lisez d'autres de ses articles sur son blog CBN Israel.

All Israel
Recevez les dernières infos et mises à jour
    Latest Stories